ArticlesArticlesChiens/chats, ce qui les rassemble, ce qui les différencie

Chiens/chats, ce qui les rassemble, ce qui les différencie

Lundi, 09 Mai 2011 17:37

Chiens / Chats

ce qui les rassemble, ce qui les différencie


Quelles sont les principales différences et similitudes dans les comportements de nos compagnons à quatre pattes ? Deux comportementalistes spécialistes des deux espèces apportent leurs éclairages à nos lecteurs propriétaires de chiens et de chats.

Chiens et chats sont deux espèces aux réalités biologiques et éthologiques parfois différentes.


Prise de nourriture

Votre chat est théoriquement un carnivore strict, même s’il peut faire les poubelles quand il est libre (et donc consommer des déchets de l’alimentation humaine), et ingérer des végétaux contenus dans les estomacs des proies qu’il trouve.

S’il vit à l’extérieur, il fractionnera sa ration en fonction de ses trouvailles à la chasse. Les souris, petits rongeurs, proies de petites tailles qu’il aura réussi à attraper, constitueront ses repas à plusieurs reprises dans la journée.

Mais comment faire pour respecter la totalité de ses besoins, en termes de prédation et de consommation, quand on a un chat d’intérieur ?

Pour répondre à cette nécessité physiologique, il est recommandé de lui laisser de la nourriture correspondant à son poids, son niveau d’activités et son état de santé, à disposition, afin qu’il gère son alimentation à sa guise.

Si on voulait bien faire, il faudrait lui permettre l’accès à l’extérieur, afin qu’il puisse mener tout le processus de chasse à son terme. Difficile pour les propriétaires de chats d’appartements…

Les croquettes sont alors, peut-être, une alternative satisfaisante. Elles ont l’avantage de ne pas se dégrader aussi vite que la nourriture fraîche, ménagère ou industrielle.

Pour autant, il est souhaitable d’en compliquer un peu l’accès, afin de permettre au chat de s’adonner à un semblant de comportement de prédation. Cacher des croquettes dans une boite vide de mouchoirs en papiers, par exemple, lui fera faire de l’exercice et stimulera sa capacité à résoudre les problèmes.

Pour votre chien, l’apport de nourriture est un élément à gérer différemment. Il peut manger de tout, et contrairement au chat, il se remplira l’estomac en une ou deux fois, et non jusqu’à quinze fois par jour.

Cependant, la nourriture étant une ressource très importante pour lui, il peut chercher à la préserver des prédateurs potentiels (un autre animal ou… vous !), notamment en menaçant quiconque s’en approche.

Pour apaiser ses inquiétudes, il va falloir lui donner sa ration de nourriture de façon calme et ritualisée et veiller à ce qu’il ne soit pas dérangé. Il est recommandé de ranger sa gamelle lorsqu’il la délaisse ou après 10 min s’il ne mange pas.


Un point commun ! Une gamelle d’eau en libre accès pour votre chien ou votre chat est obligatoire ! Tous deux ont besoin d’apport constant en eau propre.


Social ou territorial ?

Le débat est toujours virulent entre ceux qui considèrent que le chat est uniquement un animal territorial, et ceux qui estiment et constatent sur le terrain, qu’il peut se montrer capable de vivre avec d’autres chats, des chiens, des humains...

Il est clair que l’imprégnation précoce d’un jeune animal à une autre espèce favorise les ententes. Un chat qui a eu la possibilité de rester au sein de sa fratrie, qui a été correctement sevré affectivement et alimentairement, aura donc appris qu’il est un chat et maîtrisera les codes de communication de son espèce.

En outre, plus sa fratrie était nombreuse, plus il aura la possibilité de supporter une cohabitation avec des congénères.

Cependant, pour qu’il puisse se montrer sociable avec les humains, le chaton doit avoir pu être familiarisé et être manipulé amicalement par des humains, lors de ses premières semaines de vies. Idem pour les cohabitations avec les chiens, idéalement il faudrait qu’il ait appris à les supporter tout petit.

Le chien familier, quant à lui, est totalement dépendant de l’Homme, c’est un animal qui a besoin de contacts affectifs fréquents avec ses maîtres. Contrairement au chat, il n’est complètement à l’aise et serein qu’en leur présence.

 

A noter ! Les chats gèrent difficilement la contrainte et peuvent exprimer des comportements dérangeants lorsqu’ils ne peuvent s’y soustraire, alors que les chiens supportent parfois de terribles situations sans broncher. 

 
Comme toujours, pour chacune des espèces on trouvera des exceptions.

Un chien peut se montrer très soucieux de son territoire et le défendre vigoureusement, et un chat extrêmement attaché à son propriétaire, au point d’avoir besoin de sa présence pour son confort émotionnel.


Le chien est considéré en majorité comme un animal social, c'est-à-dire qui a besoin de contacts avec autrui, alors que le chat peut être, en fonction des individus, de leurs vécus et de leurs contextes de vie, plus ou moins territorial et/ou social.

Votre chien aura tendance à beaucoup plus vouloir gérer les relations du groupe familial que votre chat. Pour lui, avoir la capacité de modifier le comportement des autres membres du groupe, va être une façon de se situer au sein de la famille et d’ajuster son statut par rapport aux autres.

Le chat pour sa part, aura une préférence pour la supervision de l’espace et dans une moindre mesure, l’occupation des lieux de nourrissage.

Une gestion raisonnée du quotidien selon la nature de l’animal

Il y aura donc lieu de faire attention, pour le chien, à l’organisation des ressources du groupe (nourriture, contacts affectifs, activités ludiques, gestion des déplacements sur le territoire, promenades …) et pour le chat, de mettre en place des rituels (phases de jeux, d’interactions, d’accès à certains lieux) à lui proposer un aménagement de l’espace en hauteur, installer des étagères ou des refuges uniquement accessibles pour lui.

Alors que l’on peut aisément inviter un chien au contact, il n’en va pas de même pour le chat : trop de demandes peuvent stresser un chat, cela fait partie des ses traits de caractères. On obtient plus d’interactions de sa part lorsque, justement, on ne l’envahit pas de sollicitations. Mais il y en a d’autres qui sont très câlins et reviennent facilement lorsqu’on les appelle.

Important !

Dans le cas d’une cohabitation entre chat et chien, l’aménagement de l’habitation doit permettre au chat de se retirer à l’abri de tout contact avec son colocataire.


Comportement éliminatoire

Qu’il ait libre accès à l’extérieur ou non, votre chat à besoin d’éliminer plusieurs fois par jour). Pour son confort, qu’il soit à l’intérieur de votre domicile toute la journée ou non, il est indispensable de lui installer une litière.

Le chat préfère éliminer sur une surface meuble et facile à gratter et creuser, il est donc important de lui procurer un bac de taille convenable selon son gabarit et une hauteur suffisante (4 à 5 cm), de préférence ouverte et ne contenant pas de substrat parfumé. En effet, l’eau de javel ou toute autre parfum sont mal supportés. Il peut même être tenté de recouvrir de son urine un canapé désodorisé.

On mettra une litière de plus que de chats1[1], et elles doivent être positionnées de façon à ce qu’il puisse observer ce qui l’entoure au moment où il s’y trouve. 

Le chien quant à lui a rarement libre accès à l’extérieur, il a besoin de son propriétaire pour sortir. Il est important de le faire plusieurs fois par jour, de 10 et 15 minutes à plusieurs heures pour les plus énergiques.

On préfèrera les petites promenades stimulantes en odeurs et espace à explorer, aux longues courses sportives sans grand intérêt sensoriel. En effet, lors de courtes sorties, il pourra éliminer tout en s’informant sur les nouvelles marques déposées par d’autres chiens.

Pensez que son jardin ne lui suffit pas, il le connait par cœur et les nouveautés y sont parfois inexistantes. Il arrive même que certains chiens se refusent à éliminer dans leur jardin, le considérant comme leur lieu de vie à préserver.

Jeux et prédation

Les comportements de prédation sont instinctifs chez un chat.

Chaque sujet ressent le besoin d’exprimer ces comportements. Il est donc nécessaire de lui procurer les moyens de le faire à l’aide de jeux conçus à cet effet. Sachez que le chat chasse toutes sortes de proies dans la nature et qu’il ne se satisfera certainement pas d’un seul accessoire dont il se lassera probablement très vite. Il est donc recommandé de fabriquer ou de se procurer différentes sortes de jouets, de les cacher et ressortir au bout d’un certain temps pour qu’ils redeviennent une nouveauté.

Il prédate de préférence à l’aube et au coucher du soleil. Partant de ce principe, proposez-lui de courtes phases de jeux en soirée ou en matinée, à l’aide d’objets qui stimuleront son instinct de prédation.

Le chien est davantage dans la traque, la recherche, le flairage, la course et le rapport. Pour le stimuler, il suffit souvent de lui offrir de nouveaux éléments riches en odeurs, en textures et en mouvements, voire tout simplement, de le sortir au grand air.

 

A retenir

Le chien est un traqueur, le chat un sprinter ! L’un poursuit sa proie parfois longtemps, quand l’autre la guette et bondit au bon moment.

1 Si vous avez 2 chats, il est judicieux d’installer 3 litières

Co rédaction

Christophe Musil http://comportementaliste-alsace.fr/

Laurence Bruder Sergent www.vox-animae.com

Comportementalistes spécialistes du chien et du chat familiers

Plus dans cette catégorie: Comment jouer avec son chien »

Laissez un commentaire

Contactez-moi

Vous désirez me contacter afin de fixer un rendez-vous ou pour tout autre renseignement ?

  • Par téléphone : 06 85 37 17 71
  • Par e-mail : info@comportementaliste-alsace.fr
  • Par formulaire de contact : cliquez ici
  • Par courrier : 94 rue de Hirschau - 68260 KINGERSHEIM